E-commerce : comment les plus gros font la différence grâce à leur logistique

Le E-commerce progresse régulièrement en France :

Progression Ecommerce en France

 

La Tribune explique que “la France vise les 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019”.

La tendance est la même dans le monde puisque le CA du E-commerce pourrait logiquement dépasser les 2 700 milliards en 2018 selon le eMarketer et le Journal du Net :

Progression Ecommerce dans le monde

 

Il faut distinguer par contre entre croissance du chiffre d’affaires et croissance du nombres de E-commerces.

Ce sont surtout les gros e-commerces, déjà bien en place, qui bénéficient d’une progression de leur CA.

La majorité des sites peinent à s’équilibrer… et finissent par disparaître :

Nombre de sites Ecommerce en France

 

En matière de E-commerce, il n’y a pas de place pour tout le monde : il faut donc un avantage concurrentiel à tous les niveaux pour survivre.

  1. En ligne : les sites web des gros e-commerces sont des machines de guerre.
  2. Hors ligne : à site Internet équivalent, l’organisation physique et la logistique feront la différence.

 

1/ Adopter les bonnes pratiques du Web Marketing pour son site E-commerce.

Rapidement, il est possible de lister des qualités qui permettent à un site de distancer ses adversaires :

  1. Responsive, adapté aux tablettes et téléphones mobiles.
  2. Rapide à charger.
  3. Son design, ses menus et ses chemins de navigation servent autant le référencement que l’expérience utilisateur.
  4. Il est “populaire” : il bénéficie de liens depuis d’autres sites (netlinking).
  5. Il inspire confiance (https) et respecte le droit européen (CNIL, RGPD…).

Le but d’un site étant toujours de vendre ses produits ou services, le référencement sera toujours concilié avec un objectif de conversion.

Une fois l’achat réalisé, le virtuel passe le relais au concret.

 

2/ Adopter les bonnes pratiques logistiques pour son site physique.

La logistique est un terme militaire : il s’agit de transporter, ravitailler et loger les troupes. Je vous laisse transposez cette métaphore à votre entreprise !

Pour vaincre ses ennemis, celle-ci devra bénéficier de meilleures conditions pour l’achat/l’approvisionnement, le transport et le stockage de ses marchandises.

Dans une optique moins guerrière, Wikipedia évoque la “gestion des flux physiques et les données qui s’y rapportent”.

Pour chaque étape, l’entreprise dispose d’options : le faire elle-même, manuellement ou à l’aide de machines ou sous-traiter.

 

Prenons par exemple le programme “expédié par Amazon” :

Exemple expédié par Amazon

 

Dans cette optique, vous n’avez presque plus à vous soucier de la gestion matérielle de votre offre.

Tout peut transiter et être expédié par Amazon. C’est pour cela que de nombreux grossistes et importateurs utilisent ce service pour assurer leur vente sans que jamais le produit ne transite par leur entreprise (drop shipping).

Evidemment, tout cela à un coût : Amazon prend sa commission sur les ventes depuis son site et des frais pour le service d’expédition.

Il est plus économique à terme de développer son propre service d’expédition… à condition d’avoir le volume suffisant pour justifier son existence et l’amortir.

Dès qu’un seuil est atteint, la gestion et le suivi de votre courrier ainsi que des colis passe par l’emploi de machines adéquates :

Machine de tri petits colis

 

Pour les retours par exemple, tous les objets sont ainsi indexés par le logiciel et peuvent être reliés à la comptabilité/facturation.

Cela demande un investissement initial supérieur au service d’Amazon… mais évite de devoir verser une véritable rente.

 

J'ai engrangé mes premiers revenus sur le web en 2012 en développant et en monétisant le trafic de mes sites (AdSense...).


Depuis 2013 et mes premières prestations professionnelles, j'ai eu l'opportunité de participer à la progression de plus de 450 sites de plus de +20 pays.

A lire aussi sur le blog

Voir tous les articles
No Comments

Un commentaire ?