Location de box : comment gagner des clients avec Internet ?

  • 1 mars 2021
  • SEO

Gagner des clients sur Internet revient à rendre son site Internet plus visible. Je vous montre aujourd’hui un exemple avec les mots clés “location de box“.

Gagner 1% de trafic, c’est en moyenne gagner 1% de chiffres d’affaires, comme l’illustre chaque année l’étude de Wolfgang Digital, citée régulièrement sur ce blog :

Étude Wolfgang Digital 2019
Revenus canaux digitaux Ecommerce selon Agence Wolfgang

La première étape d’un business gagnant sur Internet est donc de capter un maximum de visiteurs qualifiés.

Pour ce faire, différents canaux web marketing sont à votre disposition : référencement naturel (SEO), payant (SEA), social (SMO), affiliation, mailing…

Si je prends l’exemple de la location de box en tapant l’expression en navigation privée :

Google commence par me proposer du référencement payant avec Adwords :

Les annonces sont déjà intéressantes pour le copywriter qui chercher des arguments. Sont ainsi mis en avant :

  1. Le prix, “attractif” ou “petit” ; l’estimation “gratuite”.
  2. Le besoin en place, en surface, le volume.
  3. La facilité : quelques clics suffisent.
  4. Le matériel pour emballer et protéger (cartons, emballages).
  5. Un lieu “sain et sans humidité”.
  6. La cooccurrence “garde-meubles”.

Vient ensuite le référencement local puis le référencement naturel.

Question : comment progresser sur chacun de ces canaux ?

Réponse relativement simple :

  1. Réseaux sociaux : pas une priorité pour la majorité des entreprises (2% de votre CA en moyenne). Oui, vous trouverez toujours des contre-exemples mais je vous trouverai encore plus de business qui vont (ou restent) dans le mur en s’investissant trop sur Facebook ou Instagram.
  2. Référencement payant : en payant plus… et mieux (travailler votre score de qualité, utiliser les mots clés négatifs…).
  3. Référencement naturel (le nerf de la guerre…) : en maitrisant les critères de classement de Google. Quels sont-ils ? Synthétiquement : le contenu, la technique et les liens.

J’ai pris volontaire un thème spécifique pour rendre l’article concret, comme j’avais pu le faire avec “motopompe” en 2018 pour vous montrer l’optimisation d’une catégorie E-commerce.

Comment bâtir un site Internet sur la location de box ?

Comme vu en introduction, les marketeurs essayent de se placer dans la peau de l’internaute en répondant à ses problèmes, à ses recherches.

Il est possible de voir rapidement les mots clés et questions liées à une recherche avec certains outils.

Prenons par exemple answerthepublic.com :

Pour bâtir le site, la page parfait sur le sujet, je dois traiter de :

  1. Location de box + emplacement.
  2. Avec prise électrique.
  3. Durée du contrat: sans engagement, sans bail.
  4. Usage : pour meubles, pour voiture, pour déménagement (garde-meubles).

Vous voyez que les préoccupations des internautes ne sont pas forcément les plus reprises dans les annonces. D’où l’intérêt de commencer par des recherches. Je vois que service-public.fr offre une belle page sur les aspects juridiques de la location d’un emplacement.

Limite de ma recherche : elle tourne autour du premier mot clé indiqué soit “location de box”. Si je ne pense pas à d’autres cooccurrences importantes, je risque de passer à côté d’un trafic potentiel.

Si j’utilise un logiciel spécialisé dans la sémantique comme 1.fr, d’autres termes seront mis en avant. Prenons l’exemple avec une société qui possède des entrepôts dans les Bouches-du-Rhône :

Un site qui propose une expérience utilisateur intéressante peut manquer de texte : le logiciel comprend bien que la thème principal est garde-meubles sécurisé + location de boxes.

Pour devenir une référence auprès de Google et capter la longue traine, il serait utile de proposer un développement autour des mots entreposer, particuliers et professionnels, self-stockage, vidéo-surveillance / télésurveillance, container, cadenas, accès-libre, alarme, contrat de location etc.

Une fois le contenu produit, il faut vérifier son optimisation technique.

Optimisation technique d’un site dans l’univers du garde-meubles

Je reprends l’exemple du site étudié précédemment comme il s’agit d’un site typique de TPE/PME. J’ai créé un nouveau projet et lancé un audit technique avec SEMrush :

Le site propose 156 pages et s’en sort honorablement avec 70% de score de santé. Le diable étant dans les détails et tout se gagnant % après % en SEO, il faudrait suivre les suggestions proposées.

A force de suivre le blog ou de lire quelques articles SEO, vous connaissez les principaux points d’optimisation :

  1. Balises title.
  2. H1, H2 etc.
  3. Meta description.
  4. Attributs ALT des images.
  5. Erreurs 404.
  6. Nombre de mots trop faible sur une page.
  7. Contenu mixte (présence de HTTP sur des pages HTTPS).
  8. … et vitesse du site perfectible.

Je vais insister aujourd’hui tout particulièrement sur la vitesse et les “Core Web Vitals” donnés par PageSpeed Insights. Ce critère vient d’être ajouté en beta dans SEMrush suite à l’annonce de Google d’en fait un facteur de classement à terme.

J’ai vu que des sites liés aux paris sportifs, casinos etc. avaient pris les devants pour s’y conformer. Je ne peux donc que vous conseiller de vous rapprocher d’un développeur pour le faire également. Codeur.com permet d’obtenir des devis intéressants d’entreprises françaises en la matière (300€ ?).

Une fois que votre site est propre techniquement et charge en quelques secondes, il est temps de soigner sa autorité.

Développer la popularité d’un site de solutions de stockage

L’un des facteurs de classement essentiel de Google reste depuis les années 90, le nombre de sites différents qui font un lien vers vous (“referring domain”).

Vous vous demandez sans doute pourquoi vous voyez toujours les mêmes sites dans Google sur des sujets différents ? (Amazon, Cdiscount…). A cause de tous les sites qui parlent d’eux en faisant un lien cliquable !

Pour les boxes de stockage par exemple, si je compare gardertout.fr à d’autres concurrents, cela permet de constater qu’ils bénéficient chacun de plus de 500 domaines référents contre 94 pour notre challenger :

La bonne pratique est, après avoir développé son réseau naturel (partenaires, fournisseurs, mairie, communauté de communes, associations etc.) d’étudier un maximum de concurrents pour voir quels liens sont de qualités et reproductibles.

Dans notre exemple, SEMrush nous mâche le travail en pointant les liens possédés par les concurrents que le site pourrait utiliser :

Une limite à l’exercice ? Deux même : relationnelle et financière. Certains liens sont obtenus par amitié ou à l’aide de beaucoup d’euros.

Je vois par exemple un lien vers homebox depuis latribune.fr, avec l’ancre “stockage” sans que l’opportunité de citer ce site soit très claire :

Cela ne surprendra pas les référenceurs avertis mais participe sans doute à lever un certain envers du décor. La qualité d’un site (expérience utilisateur + contenus) ne fait pas tout pour son succès. Sa promotion à l’aide des liens demeure essentielle.

J'ai engrangé mes premiers revenus sur le web en 2012 en développant et en monétisant le trafic de mes sites (AdSense...).


Depuis 2013 et mes premières prestations professionnelles, j'ai eu l'opportunité de participer à la progression de plus de 450 sites de plus de +20 pays.

A lire aussi sur le blog

Voir tous les articles
No Comments

Un commentaire ?