50 idées concrètes pour faire connaitre son site et son entreprise

 

Bill Gates et les relations publiques
“If i was down to my last dollar I would spend it on public relations.”
 

S’il ne me restait plus qu’un dollar, je le dépenserais en relations publiques.
Bill Gates.
 

A partir du moment où vous avez encore quelques euros en poche, je vous conseille de réfléchir à cette phrase de Bill Gates.

Elle met en avant un principe très simple : vous pouvez avoir le meilleur produit ou les meilleurs services du monde, si personne n’est au courant, cela ne sert à rien.

D’où l’intérêt de communiquer pour faire connaître son site, son entreprise.

 

Commençons déjà par définir ce que l’on entend par “relations publiques” avec l’infographie d’Inkouse.net

Le champ des relations publiques aujourd’hui n’est plus simplement celui des “relations presse”.

Il englobe tous les outils qui permettent de s’exposer aux tiers, au public.

D’ailleurs la presse elle-même mute : la plupart des journalistes tiennent un blog et certains journaux paraissent exclusivement sur le net (Mediapart…).

Extrait infographie relations publiques
 

Soyons optimiste : mettons que vous ayez quelques centaines ou milliers d’euros à consacrer à votre projet.

Quelles sont les techniques de promotion, de publicité à votre disposition actuellement ?

L’enjeu de cet article est justement de vous fournir un aide-mémoire concret pour réfléchir à votre action.

 

1/ Avoir un site Internet.

La base pour faire connaitre son entreprise, c’est de posséder un site Internet.

Les entreprises sans site Internet se développent moins vite que les autres et ont davantage de “chances” de faire faillite ; voir étude Rolandberger.fr, relayée par Google.

Croissance numérique ITN
 

Une distinction à faire parmi les entreprises titulaires d’un site Internet : celles pour qui avoir un site est une fin en soi ; celles qui lui attribuent un but, des objectifs précis.

 

2/ Viser des mots clés populaires et pertinents par rapport à votre activité.

Pour capter du trafic, il est important de réfléchir aux requêtes susceptibles d’amener des visiteurs sur votre site.

Prenons cet article :

Adwords faire connaitre site entreprise
 

Un internaute qui tape “faire connaître son site” ou “faire connaître son entreprise” dans Google pourrait avoir besoin de mes services.

J’ai donc rédigé un article adapté à ces expressions.

Erreur à éviter : viser un seul ou 10 mots clés, trop difficiles.

Lorsque vous démarrez un site, le bon réflexe est de créer une liste de centaines voir de milliers de mots clés.

Pour aller plus loin dans la recherche de mots clés : guide “how to rank” de MOZ, étapes 1 à 5.

 

Deux conseils importants :

A chaque mot clé ou expression correspond une page.

A chaque page correspond un titre unique et accrocheur.

 

Vous n’arriverez certainement pas à bien figurer dans les moteurs de recherche pour TOUS les mots clés retenus : la concurrence est vive pour certaines thématiques.

Mais plus vous de rédigerez de pages sur un thème, plus votre site sera “sémantiquement évident” et plus Google donnera de poids à votre site pour davantage de mots clés.

 

3/ Optimiser son site pour se positionner sur les mots clés visés.

Déjà abordés dans un précédent article, voici 10 points importants pour optimiser son référencement naturel une fois ses mots clés définis :

Optimiser référencement
 

4/ Travailler ses liens et l’autorité de son site.

Le précédent paragraphe mentionne l’autorité de la page et du site, c’est à dire les liens (backlinks) qui pointent vers eux.

Pour obtenir des liens, la méthode qui récolte actuellement un certain consensus et de :

Mettre en place un contenu de qualité.

– Puis d’assurer sa promotion auprès de sites et de blogueurs.

C’est ce que propose Brian Dean avec sa technique du “gratte-ciel”.

Retrouvez-là en version originale ici.

 

Le bénéfice de cette technique est double :

– Obtenir des liens qui vont renforcer l’autorité d’une page et du site et donc l’aider à mieux se classer dans Google.

Obtenir du trafic direct, avec les visiteurs qui cliqueront sur le lien. C’est en même temps un signal pour Google que le lien est utile aux internautes.

 

5/ Adopter une démarche inbound marketing.

L’inbound marketing consiste à faire venir les clients à soi au lieu de les démarcher.

Hubspot est un des apôtres influents de cette méthode.

Inbound Marketing
 

La première étape pour attirer des visiteurs est de créer un blog.

Tous les sites, toutes les entreprises ont-ils vocation à bloguer ?

Une chose est certaine : les entreprises qui bloguent se développent plus vite.

Pour bien bloguer, il faut réfléchir à sa cible et écrire pour elle en ciblant ses problèmes, ses difficultés. Le blog apporte des solutions aux prospects.

Chaque article débouche normalement sur un call to action et une landing page pour convertir le visiteur.

 

6/ Publier un article sur le blog ou le site des autres.

Quels sites méritent votre attention et vos articles ?

Vous en connaissez spontanément un certain nombre.

Pour trouver les autres, tapez vos mots clés importants en navigation privée dans Google.

Les 50/100 premiers résultats méritent vos attention puisque Google les classe favorablement sur le thème qui vous intéresse.

Il faudra ensuite un peu de finesse pour approcher le webmaster du site et lui proposer de collaborer (article invité / guest blogging).

 

Comme pour la technique du gratte-ciel, le guest blogging permet d’obtenir un lien qui renforce l’autorité de votre site mais aussi des visiteurs directs avec les prospects qui vous liront et cliqueront sur le lien.

 

Peut-on être sanctionné par Google pour cette pratique ?

Le risque est limité si votre signature comporte juste le nom de votre site / votre marque et un lien vers celui-ci.

A partir du moment où vous optimisez visiblement l’ancre, le risque augmente, mais reste bien plus faible qu’en achetant des liens sur Fiverr ou autre.

 

7/ Répertorier son site sur des annuaires.

Pas fréquentables les annuaires ? Producteurs de liens peu qualitatifs ?

Pourtant Google recommande leur utilisation pour assurer la promotion d’un blog :

Utiliser annuaires pour promotion blog
 

Vous noterez les exemples d’annuaires cités : tous des sites reconnus, à fort PageRank.

Vous serez donc inspiré de privilégier les sites les plus notables, à l’aide de la liste de Rankplus par exemple.

L’astuce du pro : regarder la courbe de trafic du site dans SEMrush pour vérifier l’absence de pénalité Google.

 

8/ Publier des communiqués de presse “SEO”.

Nous parlons ici de sites spécialement destinés à relayer des informations de promotion d’un site. L’objectif est davantage d’obtenir un lien plutôt que du trafic direct.

Là encore, Rankplus propose une liste assez complète.

Liste sites de communiqués de presse
 

Leur usage est à conseiller avec modération, toujours en se méfiant des ancres exactes et répétées.

 

9/ Créer un réseau de blogs.

Lorsque vous tapez “créer un blog” dans Google, vous tomber sur une liste de sites dont l’autorité de domaine est très forte.

Plateformes création blog
 

L’idée est d’en tirer parti pour mettre en place un blog sur chaque plateforme. A l’occasion, un article de ce blog renverra vers le site principal à promouvoir.

Pour bien faire chaque mini-site aura :

– Un thème assez précis.

– Des articles pas trop courts.

– Et sera lui-même référencé par quelques liens pour avoir un minimum de puissance (exemple : commentaires de blog).

 

10/ Récupérer un domaine expiré pour profiter de ses liens.

4x.fr propose de commander des noms de domaine .fr sur le point d’expirer.

L’intérêt de l’opération ? Profiter de la puissance “SEO” de ces domaines.

Je ne recommande pas, par contre, d’acheter des domaines juste pour leur nom.

Comment déterminer l’intérêt d’un domaine sur le point d’expirer ?

Domaine expiré 4x

Brièvement :

> Sa thématique : est-elle la même que la vôtre ?

> Si je tape le nom du domaine dans MajesticSEO et Ahrefs, quelles ancres ressortent ?

> Combien de domaines référents le site possède-t-il ? Plus ce nombre est élevé, plus le domaine est solide.

Le nombre de sites réellement intéressants (selon mes critères) est restreint. Mais l’idée est ici de trouver un seul site, qui vous corresponde parfaitement.

Un artisan qui se lance va par exemple essayer de récupérer un site lié au secteur du bâtiment.

Si le domaine acheté est sain, il est possible :

– De l’utiliser directement comme domaine pour son projet.

– De mettre en place une redirection 301 pour indiquer à Google que le site continue son activité à une autre adresse web.

 

11/ Offrir des bons d’achat ou un test gratuit.

Une méthode classique et universelle : si votre produit est bon, faites-le goûter.

C’est ainsi que j’ai bénéficié d’un bon de 40€ pour tester 4x.fr il y a quelques mois.

J’ai apprécié le service, j’ai dépensé plus que 40€ et j’en parle maintenant au travers d’un article, en leur offrant un lien au passage.

Offrir la bonne promotion à la bonne personne permet d’obtenir un excellent retour sur investissement.

 

12/ Étendre sa présence sur les réseaux sociaux (SMO).

Le nombre de réseaux sociaux tend à se développer de manière exponentielle : à chaque réseau correspond une cible, une niche, un public.

En voici un exemple avec un “prisme social media” réalisé par Conversationprism :

Prisme social média

Il y a 2 façons d’utiliser les réseaux sociaux :

– En s’impliquant réellement sur les réseaux les plus porteurs vis-à-vis de son projet. On cherche alors à échanger et à créer des liens durables.

– En étant présent partout pour récolter un maximum de citations et de liens.

 

A chaque réseau correspond une expertise à développer pour s’imposer, même si la base est toujours de “donner pour recevoir“.

A terme, la popularité sur les réseaux sociaux permet de dégager un trafic direct important.

 

13/ Optimiser son référencement local.

J’ai publié récemment un guide sur le référencement local.

Quels sont les facteurs pour être proposé spontanément par Google parmi les premiers résultats locaux ?

Référencement lcoal Pizza BREST
 

Nous partons du principe que vous avez scrupuleusement suivi les précédents conseils de cet article : vous bénéficiez donc déjà d’un site étoffé, tant au niveau du contenu (articles) que des liens.

La prochaine étape est de renseigner son site sur des annuaires locaux. Voici une liste proposée par Nixdo :

Listes Nixdo sur commerces de proximité

 

Vous serez attentif à toujours renseigner vos nom, adresse et numéro de téléphone.

Parmi les sites ci-dessus, le plus important est évidemment Google ; les entreprises s’inscriront sur la page Google Business en complétant au maximum leur fiche.

 

14/ Utiliser les sites d’avis auxquels Google fait confiance.

Vous verrez parfois dans les résultats de Google des sites qui bénéficient d’une notation.

Ces avis peuvent provenir de Google directement mais aussi d’un grand nombre de sites tiers :

Sites d'avis recommandés par Google
 

Ces avis sont extrêmement intéressants pour les e-commerces / boutiques en ligne.

Le “hic” : ils sont généralement payants. En contrepartie, ils envoient tout de même un lien vers votre site, ce qui renforce son autorité.

 

15/ Référencer son site sur les marketplaces.

Trafic marketplaces
 

Les principales places de marché captent des millions de visiteurs chaque mois. Capter une partie infime de leur trafic peut suffire à un site pour vivre confortablement.

Lengow, outil de diffusion des produits, propose un livre-blanc intéressant pour se familiariser aux enjeux des marketplaces.

Notez qu’à chaque niche correspond une marketplace.

Certains conseillent de sélectionner les marketplaces d’après ses produits, d’autres pensent qu’il faut être présent partout.

Je suis personnellement plutôt adepte d’une présence maximale, tant que le retour sur investissement suit.

 

16/ Utiliser les comparateurs de prix.

Dans la même veine que les marketplaces, les comparateurs de prix captent de belles portions de trafic.

On peut les trouver en tapant “comparateur de prix” dans Google. Si leur classement est bon pour cette expression, c’est déjà bon signe…

Reste alors à voir avec chacun quelles sont les conditions de diffusion ; ici l’exemple de Twenga :

Comparateur prix Twenga
 

17/ Créer un réseau d’affiliés.

On peut sans doute distinguer 2 types d’affiliation :

– La vente de produits dématérialisés type ebooks : ClickBank est le leader sur le secteur.

– La vente de produits plus concrets, liés au ecommerce traditionnel : citons alors Publicidees, Affili.net, Effiliation, Reactivpub, Cj.com, Tradedoubler, Daisycon, Zanox…

Tous proposent de sérieuses références, même si Zanox semble de détacher du lot :

Références Zanox
 

Modestes, ils ne citent même pas Cdiscount, qui gère aussi son programme d’affiliation par leur biais.

Je vous conseille cette page de WebFrance pour une liste plus complète.

 

18/ Mettre à profit les liens sponsorisés (SEA).

a/ L’essentiel du marché des liens sponsorisés pour le moment c’est Google Adwords et son réseau “display” (affichage sur les sites partenaires).

3 modes de calcul des coûts : coût par clic (CPC), coût par mille impressions (CPM), coût par acquisition (CPA).

Quelque soit le mode choisi, il faudra se battre pour améliorer son score de qualité, déterminé ainsi :

Score de qualité SEA liens sponsorisés

Mais attention, les liens sponsorisés ce sont aussi par exemple :

Liens sponsorisés SEA

 

La plupart des réseaux sociaux permettent l’achat de messages sponsorisés… c’est même leur modèle économique.

A chacun de trouver le réseau qui convient à son secteur d’activité.

 

19/ Démarcher des sites en direct pour proposer sa bannière.

Sur la plupart des sites que je gère, je reçois souvent des propositions commerciales pour afficher une bannière ou proposer des liens affiliés.

Malheureusement, la plupart de ces propositions sont faites sans discernement (casino, trading…).

A l’inverse, un mail bien rédigé pour un produit en rapport avec le site ou le blog permet souvent de passer des partenariats intéressants.

De nombreux sites anglophones affichent directement leurs tarifs pour un encart ; c’est pour l’instant moins répandu sur les sites francophones.

Cela permet en tout cas de choisir directement les sites sur lesquels on veut annoncer et d’éviter le coût d’intermédiaire d’une régie publicitaire.

Théoriquement, le lien depuis la bannière vers votre site devrait comporter l’attribut “nofollow” pour respecter les consignes de Google en matière de liens.

 

20/ Utiliser des solutions globales catalogues et flux.

Nous avons évoqué les marketplaces, les comparateurs, l’affiliation… pour gagner du temps et s’inscrire plus rapidement sur ces sites, des plateformes proposent une solution globale.

Exemple avec Lengow :

Comparateurs de prix Lengow

 

Socialcompare propose un très bon tableau récapitulatif des différents acteurs présents sur le marché.

 

 21/ Utiliser les sites de petites annonces (leboncoin…).

Leboncoin, vivastreet, paruvendu… de nombreux sites peuvent aider à faire connaître vos produits et services.

Annonce Leboncoin

 

22/ S’intéresser au growth hacking.

Si le web marketeur est de base astucieux et généralement innovant, le growth hacker a recours en plus à la programmation pour aider son entreprise à croître sans cesse.

Un exemple connu : lorsque AirBNB s’est lancé, ils ont mis en place un programme pour publier directement leurs annonces sur Craiglist, “leboncoin US”.

Pourquoi ne pas faire la même chose avec les sites français ?

Vous avez un développeur au sein de votre équipe ou êtes vous-même à l’aise avec la programmation ? Je vous recommande alors ce guide :

Guide Growth Hacking

 

23/ Créer un site gadget ou qui rend un service simple.

Chatwithodor permet… de parler avec Hodor. Et cela lui suffit pour obtenir des liens de qualité et un fort trafic.

Parler avec Hodor

Quel service original pouvez-vous rendre qui vous fasse connaître ? A quel besoin pouvez-vous répondre rapidement ? Estimer le coût de travaux, le nombre de plans nécessaires pour un jardin ?

Lacoteimmo.com permet par exemple d’avoir une idée de la valeur de son bien.

 

24/ Organiser un concours.

Les concours fleurissent surtout sur les réseaux sociaux où il faut, pour participer, diffuser un statut ou un message en faisant état.

Jeu concours LDLC

Essayez de mettre en place un concours spécifique à chaque réseau social.

Je connais une TPE qui fait gagner chaque mois une imprimante, parmi les personnes ayant “like” sa page Facebook. Le coût d’acquisition par fan est très raisonnable !

 

25/ Ouvrir une chaîne Youtube.

Il ne s’agit pas d’aller chercher la fortune en faisant quelques sketchs, mais plutôt d’offrir des tutoriaux, des cas pratiques.

J’ai tout appris des PC avec Youtube :

Monter son PC - youtube

Et j’ai tout appris du bricolage avec Castorama. Je ne dois pas être le seul, si j’en crois leurs 26 000 000 de vues.

 

26/ Lancer un forum, développer votre communauté.

Le forum vise à fédérer une communauté.

Leroy Merlin en est une illustration parfaite :

Forum Leroy Merlin

Les nombreux usagers actifs permettent d’obtenir une réponse pro et rapide quelque soit son chantier.

Quelque soit le support, on en revient souvent au même thème : que recherchent les gens sur Internet ? De l’aide !

 

27/ Partager des photos sur les réseaux spécialisés.

Aux Etats-Unis, tous les agents immobiliers ou artisans sont présents sur Flickr.

Avec cette photo par exemple, l’agence “Brandon Hunt” a réalisé plus de 1 000 vues :

Photo de maison sur Flickr

Sachant qu’ils ont posté près de 1 700 photos, je pense que le compte aide à leur notoriété sur le secteur.

Quelques réseaux sociaux d’image : Picasa, Photobucket, Instagram, Pinterest…

 

28/ Répondre aux questions sur les forums et sites spécialisés.

Avoir son forum, c’est bien. Mais aussi répondre aux questions des internautes sur les grands forums déjà en place.

Si vous êtes artisan, vous serez forcément un taulier de Leroy Merlin.

Si vous êtes dans l’immobilier ou la finance, vous auriez tort de ne pas être présent sur le forum de Capital.

De mon côté par exemple, j’ai démarré sur MOZ :

Erwan forum MOZ

Outre un peu de trafic, j’ai aussi récupéré un lien vers mon site depuis la page de mon profil. De quoi aider mon SEO à terme.

 

29/ S’inscrire aux newsletters des sites qui comptent.

Si vous êtes dans les premiers à proposer un commentaire intelligent sur un article populaire, il est presque impossible de ne recevoir aucun visiteur :).

Commentaire profil social uniquement
 

Certains sites/blogs offrent seulement un lien vers le profil social du commentateur… ce qui reste un très bon moyen de se faire connaître et de mettre ses 50 profils sociaux en avant si vous avez suivi l’étape 12/ ;).

 

30/ Offrir un cadeau.

Consultation téléphonique, ebook, t-shirt… donner un aperçu de son art donne une première chance de convertir l’internaute mais surtout de collecter son mail.

Or la puissance commerciale d’un site se mesure en partie à la qualité de sa mailing list. C’est en effet le canal web marketing le plus profitable.

> Pour gagner du temps, il est possible d’acheter des listes de mails qui seront moins puissantes que celles bâties vous-même, en l’absence de lien personnel avec le souscripteur.

> Collecter des mails implique de le déclarer à la CNIL.

> La clé du mailing, c’est la segmentation : établir des groupes parmi ses abonnés et envoyer un mail personnalisé à chaque groupe.

> Comme pour tout message marketing, la forme compte autant que le fond. Il est nécessaire d’investir dans un thème.

 

31/ Utiliser les outils Webmaster Tools Bing et Google.

Webmaster Tools Google
 

Les outils Bing et Google permettent notamment au webmaster :

– D’identifier quelques freins potentiels au bon référencement de son site.

– De voir quelles pages/mots clés fonctionnent le mieux.

– De cibler géographiquement un pays.

– De jeter un œil aux liens pointant vers son site.

 

32/ Utiliser Google Analytics.

Google Analytics permet de mesurer le retour de ses actions sur Internet.

Il permet en quelques clics d’en savoir plus sur ses visiteurs, de quel canal ils viennent et vers quelle(s) page(s) ils naviguent ensuite.

La clé du web marketing : amener les internautes là où vous le souhaitez, dans un entonnoir de conversion.

Good UI
 

Si ce n’est pas le cas, c’est que le chemin proposé n’est pas clair ; voir http://goodui.org/ à ce sujet.

> Selon votre CMS, utiliser un plugin qui gère les codes Analytics peut être une excellente idée.

> Pensez aussi à combiner Analytics avec Adwords et Webmaster Tools.

 

32/ Optimiser le temps de chargement.

Le temps de chargement d’une page :

– Influence son référencement naturel à hauteur de 1%.

– Joue grandement dans le fait qu’un internaute quitte le site, encore plus sur mobile !

Or le taux de rebond est aussi un facteur pris en compte par les moteurs de recherche.

Voir l’étude de Kissmetrics pour plus détails : https://blog.kissmetrics.com/loading-time/

 

Parmi les outils d’optimisation du temps de chargement :

> Google PageSpeed : https://developers.google.com/speed/pagespeed/insights/

> Yslow : http://yslow.org/

> Pingdom : http://tools.pingdom.com/fpt/

 

33/ Avoir son propre nom de domaine.

Pas de site “pro” qui se termine en .orange.fr, .free.fr, .wix.fr, canalblog.com etc.

> Vous êtes limité dans le choix de votre thème et sa personnalisation.

> Vous êtes de même limité en développement (extensions…).

> Vous perdez le bénéfice de tous les liens qui sont créés vers votre site. C’est le domaine qui l’héberge qui en tire profit.

> Si vous optez pour une formule .fr ou .com par la suite, vous surpayez généralement ce service.

L’exemple de 1&1 pour mieux comprendre : https://internetbusiness.fr/avis-site-ecommerce-one-and-one/

 

34/ Soigner son design.

En 2015, avec l’avènement de WordPress et de thèmes prédéfinis à des prix abordables, il n’est plus excusable d’avoir un design médiocre.

D’autant plus que, point abordé lors du mailing, le design est un élément important pour convaincre (augmenter son taux de conversion)… et être mémorisé.

Il est aussi déterminant que le texte.

A ne pas suivre : http://uglytub.com/

 

35/ Faire des cartes de visite.

Tiens, va voir ce que je fais.

Deux options :

> Le modèle tout fait à la Vistaprint pour quelques euros.

> Le modèle personnalisé chez un imprimeur :

Carte Patrick Bateman

 

A chacun de voir… l’essentiel étant :

> Que leur teinte soit claire de façon à pouvoir écrire au dos.

> Que vous n’ayez pas choisi le même thème que tout le monde.

Je pense qu’il faut avoir la même rationalité avec les cartes de visite qu’avec les autres canaux marketing :

> J’en distribue 100 pour 12€ ; si un client moyen me rapporte X, quel est le taux de conversion nécessaire pour que l’opération soit rentable ? 1%<.

 

36/ Afficher ses cartes dans les grandes surfaces.

Toute votre famille et tous vos amis ont votre carte ? Il est temps de l’afficher dans tous les supermarchés du coin… et même au delà.

Prenez 1 ou 2h pour faire les grandes surfaces locales ; je serais étonné que le retour sur investissement soit nul !

Cela peut même devenir un hobby. Prenez-vous en selfie à chaque étape ;).

 

37/ Proposer ses cartes dans les commerces.

Vous êtes fidèle à votre boulanger, charcutier, etc. ? Il ne pourra pas vous refuser ce petit service que de laisser quelques cartes en évidence près de son comptoir.

 

38/ Distribuer ou faire distribuer des flyers.

Leur coût est modeste et, comme pour les cartes de visite, un retour tout aussi modeste suffit pour que l’opération soit rentable.

Il est possible de les distribuer dans les boites aux lettres, sur les voitures, d’en remettre dans la rue (plus délicat) ou comme les cartes de visite d’en laisser chez les commerçants et partenaires.

L’essentiel est de faire en sorte qu’il soit lu. Le design, comme la proposition commerciale, doivent immédiatement attirer.

 

39/ Adhérer aux associations et clubs professionnels.

Quelle que soit votre activité, il existe de nombreuses associations et clubs dans votre ville ou votre région pour améliorer votre réseau, recueillir des conseils et développer votre chiffre d’affaires.

Si je prends QUIMPER par exemple, après quelques minutes de recherche je vois :

> L’association technopole QUIMPER (PR 4), avec ses adhérents qui bénéficient d’un lien :

Lien technopole QUIMPER

> L’association Images & Réseaux (PR 6 !), qui liste aussi ses adhérents.

> Autre association, Silicon Kerné, permet de bénéficier d’un espace de coworking et d’une salle de réunion.

Outre les liens, les rencontres physiques peuvent être déterminantes pour le développement de l’entreprise. Le réseau est fondamental pour réussir.

 

40/ Rencontrer les partenaires des réseaux de financement.

En parlant de réseau justement, les opportunités de se faire connaître démarrent dès le financement pour un porteur de projet : banquier, CCI, Boutique de Gestion… A vous de solliciter les différents acteurs de votre secteur.

BGE Finistère

 

41/ Et si vous passiez à la télévision ?

Le Figaro a récemment publié un article sur le coût des spots de pub télé.

Pour les chaines généralistes, on y apprend que Money Drop (41 200€) n’est pas à la portée de toutes les bourses mais que C’est à vous reste accessible par rapport à son audience (1 570€).

Vous zappez sur le câble et la TNT de temps en temps ? Vous avez dû remarquer qu’un nombre important de publicités de TPE / PME alimentent les coupures publicitaires.

Sur Gulli par exemple, le spot démarre à partir de 500€.

2 points importants à prendre en compte :

> Quelle est votre cible ? Est-elle suffisamment représentée sur la chaine visée ?

> Avez-vous le budget suffisant pour multi-diffuser un spot ? Plus un spot est vu, plus il est mémorisé.

Les commerciaux des différentes chaines se feront un plaisir de vous éclairer sur ces éléments.

 

42/ Poursuivre à la radio.

Selon votre secteur, le prix d’un spot sur France Bleu commence à partir de… 16€.

France bleu

Sur des radios locales, vous entendrez des pubs pour de l’électroménager, des fleurs selon la saison etc.

Pourquoi pas vous ?

A condition d’avoir un nom facilement mémorisable et de ressortir en 1ère position sur Google.

En effet, il est peu probable que l’auditeur retienne directement votre numéro de téléphone ou votre site : il le tapera dans Google pour vous retrouver.

Il est donc nécessaire d’avoir un minimum travaillé son SEO.

Si vous devenez un bon client, peut-être est-il possible de négocier un lien depuis le site de la radio ?

 

43/ Intervenir dans les Conférences.

Vous avez monté une entreprise dans votre secteur d’expertise ? Vous avez certainement un point de vue, une expérience à partager.

Si vous êtes populaire sur les réseaux sociaux et sur Internet, il est possible de recevoir une invitation spontanée.

Mais dans une majorité écrasante de cas, les invitations sont comme les liens : il va falloir aller les chercher !

Exemple conférence locale

Cela demande un peu d’Outreach : faire des recherches dans Google et contacter les organisateurs pour proposer de participer à la prochaine édition.

Sinon, organisez tout simplement votre évènement en mobilisant la mairie, la CCI etc.

 

44/ Organiser des ateliers, des formations.

C’est exactement ce qu’a fait par exemple Mehdi Coly lorsqu’il a démarré Linkeyword puis Optimiz.

A la CCI de QUIMPER, des ateliers sont régulièrement organisés, avec ou sans participation (15€ généralement).

Atelier CCI

 

45/ Obtenir un lien des partenaires institutionnels.

A ce stade, en ayant appliqué toutes les précédentes idées, vous avez noué d’excellentes relations avec la mairie, la CCI, voir le département et la région.

Ils seraient bien avisés de relayer un minimum votre information et de vous accorder un lien.

Pour continuer avec les exemples locaux, la mairie de COMBRIT répertorie les entreprises locales :

Liens mairie COMBRIT

Ce qui me choque :

Sur les 4 premières entreprises, une seule indique son site Internet.

Soit les autres n’ont pas de site, soient elles n’ont pas fait l’effort de le communiquer, ne mesurant pas l’impact.

Dans tous les cas, c’est une opportunité de développement perdue.

 

Chaque partenaire institutionnel recèle des trésors. La CCI de QUIMPER conseille quelques annuaires par exemple :

> Yalwa : http://www.yalwa.fr/

> Indexa : http://www.indexa.fr/

Je ne connaissais pas Yalwa. Mais si son responsable est assez malin pour obtenir un lien depuis une CCI, on peut décemment lui faire confiance.

 

La CCI liste également ses autres sites, dont certains peuvent vous intéresser :

Autres sites CCI

Il sera par exemple, pour un pro local de l’immobilier, aberrant de faire l’impasse sur http://www.immopro-cornouaille.fr/

Votre CCI n’a pas de tels sites ? Aidez-les à les mettre en place.

 

Et pour le département, la région ? Là aussi, il faut fureter.

Avec Internet Busines, j’ai obtenu un lien depuis :

Tout commence en Finistère

> http://www.toutcommenceenfinistere.fr/

> http://www.bretagne.com/

Non seulement ces liens améliorent le référencement naturel mais ils permettent aussi de gagner en confiance auprès des prospects.

 

46/ Obtenir des certificats, des labels.

Pour une entreprise web marketing, l’incontournable est sans aucune doute la certification Google Partner.

Badge Google Partner

Mais chaque secteur a ses opportunités. J’ai par exemple reçu aujourd’hui un flyer faisant l’apologie du label RGE Qualibat et de Bleu Ciel d’EDF.

Bleu Ciel EDF

Du meilleur effet sur les cartes de visite. Vous allez bien trouver quelque chose non ?

 

47/ Distribuer des flyers.

Justement, puisque je parlais de flyers dans le précédent paragraphe, avez-vous pensé à en distribuer, ou à en faire distribuer ?

Quel sera l’objectif de votre flyer ?

Une connexion sur le site Internet ? Un achat physique ou virtuel ?

Comment faire en sorte que la personne le conserve et ne le jette pas ?

Je pense qu’un code promo valable seulement X jours peut aider.

 

48/ Offrir des vêtements aux couleurs de l’entreprise.

Quand j’étais chez BLIZZARD en IRLANDE, tout le monde prenait plaisir à porter les vêtements de l’entreprise… à condition qu’ils soient plutôt élégants et sobres.

Récemment, j’ai reçu la casquette NegoWeb et je ne suis pas sûr de la porter…

Casquette NegoWeb

Je n’ai pas de réponse définitive mais :

> Un simple logo ne serait-il pas suffisant ?

> La casquette vise une clientèle de négociateurs immobiliers, habituellement habillés d’une chemise et d’une veste de costume ; était-ce le meilleur accessoire à leur proposer ?

Pour toute opération de marketing, la question sera toujours : quelle est ma cible, comment la toucher.

 

49/ Offrir des objets publicitaires.

Je reprends l’exemple précédent : de quoi manque votre cible, qu’utilise-t-elle au quotidien ?

> Un négociateur immobilier aura l’usage de porte-clés par exemple.

D’autres professions seront avides de fournitures de bureau… ou de tasses qui changent de couleur avec la chaleur (sous-utilisé :)).

Si vous comptez offrir un classique comme un calendrier, pensez à vous démarquer.

Pourquoi votre cible devrait-elle conserver et chérir votre calendrier ? Est-il le plus beau, le plus utile ?

 

50/ Réaliser des sondages.

Si votre site est déjà bien établi et son flux de visiteurs suffisant, vous avez la possibilité de sonder directement les internautes, à l’aide de Surveymonkey par exemple.

Sinon, les instituts de sondage low cost démarrent à 500€. IPSOS facture 1 000€ HT pour un échantillon de 1 000 personnes.

IPSOS

L’intérêt est ensuite de bien :

> Mettre en forme les résultats.

> Les relayer auprès de tous les acteurs de votre secteur, de façon à obtenir un maximum de citations et de liens.

Twitter permet justement une connexion rapide avec les journalistes, etc (outreach).

 

Cet article sera sans doute fréquemment enrichi et mis à jour. Son but est de donner des idées… mais pas d’offrir une expertise sur les 50 points listés.

N’hésitez pas à suggérer tout complément dont il pourrait bénéficier.

Vos partages et liens sont les bienvenus.

 

Crédit photo : Thomas Hawk.

The following two tabs change content below.
Passionné par le Référencement et le Web Marketing, je conseille depuis 2012 des TPE et PME (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Royaume-Uni...) sur leur stratégie Internet.

Commentaires

commentaires

    • Sylvain
    • 18/11/2015
    Répondre

    “Fréquemment enrichi et mis à jour” ? J’ai l’impression que ça n’a pas beaucoup bougé depuis la première publication. A quand les 100 idées concrètes pour faire connaitre son site ? 🙂

    • Je le prends comme un encouragement. Quelqu’un m’a dit au téléphone qu’il trouvait déjà l’article très complet ! Objectivement quand même, j’ai bien encore 20 bonnes idées en réserve. A suivre…

  1. Répondre

    Très bon résumé, mais ne pas penser que tout ceci est abordable pour un propriétaire de site lambda dont ce n’est pas le métier, tous ces points sont à manipuler avec des pincettes et de façon stratégique.

    • Je suis d’accord ! En listant tous ces points, il s’agit aussi de montrer le travail nécessaire à la promotion d’un site et d’une entreprise. A chaque dirigeant de voir ensuite ce qu’il peut gérer lui-même en interne et ce qu’il doit déléguer.

Leave a Comment

 

Internet Business, ambassadeur de la marque Finistère

Agence web à la pointe (de la Bretagne), Internet Business a pour spécialité de rendre ses clients plus visibles, en optant pour le canal marketing le plus adéquat. Après étude, nous mettons en place des solutions personnalisées.

Exploitez-vous bien le potentiel de votre site ?

Après un premier entretien confidentiel et gratuit, nous serons en mesure de répondre à vos questions et de proposer des mesures ciblées.

Des tarifs clairs :
40€/h
250€/j