Comment estimer la difficulté d’un mot clé ou d’une requête ?

 

Question reçue par mail le 17/08… et nous sommes déjà le 29. Il était donc temps de s’y pencher !

Bonjour Erwan, je ne comprends pas comment on peut considérer qu’une requête est peu concurrentielle alors qu’il y a parfois des milliards de résultats.

Donc la question est quel est l’indicateur qui mesure la “concurrentialité” d’une requête ?

Merci…
Et à bientôt

 

La logique est assez simple : une requête est concurrentielle lorsqu’il est difficile pour un nouvel arrivant de se positionner parmi les premiers.

Deux cas de figure rapides :

  1. Requête non commerciale mais culturelle, historique : fait ressortir Wikipédia, des sites institutionnels etc. En 2014 par exemple, j’ai travaillé sur le référencement d’une agence de voyage autour du pèlerinage de St Jacques de Compostelle. Nous sommes vite arrivés à la conclusion qu’il fallait laisser “tomber le SEO” au profit d’Adwords/BING pour quelques centimes du clic seulement.
  2. Requête typiquement commerciale, qui rapporte et sur laquelle tout le monde tente de se positionner, soit naturellement, soit par le biais de liens sponsorisés ; ex : “plombier PARIS”.

 

Pour un E-commerce qui tente de vendre ses produits, comment mesurer la concurrence et estimer le travail nécessaire pour dépasser ses concurrents ?

 

I – Premier indice de difficulté : le coût par clic.

Adwords (Outil de planification des mots clés) permet de faire des recherches sur le volume, la difficulté supposée d’une requête et l’enchère suggérée :

Difficulté requête Plombier

 

Comparons ici la difficulté du mot clé “plombier + ville” avec :

  1. La capitale du pays : gros volume et grosse concurrence ; près de 26€ par clic !
  2. La capitale d’une région (Bretagne au hasard).
  3. Et la capitale du Finistère.

Raisonnement : pour 100 clics et 100 visiteurs sur mon site, combien deviennent clients ? Quel est le chiffre d’affaires et la marge générés ?

Sur PARIS, 100 clics reviennent à… 2 586€. Il faut espérer un taux de conversion énorme pour que cela soit rentable… ou optimiser parfaitement son score de qualité pour faire baisser l’enchère. L’idéal est de faire les deux !

D’un autre côté, on peut se dire que si les professionnels proposent des enchères si élevées, c’est que malgré tout, ils s’y retrouvent. Théoriquement, un CPC moyen renseigne sur la rentabilité attendue d’un marché.

 

II – Faire confiance à l’outil de difficulté des mots clés de SEMrush ?

Je fais l’impasse sur l’outil MOZ : il est sympa mais accessible seulement sur abonnement, abonnement que je ne recommande plus vu les limites d’Open Site Explorer, leur outil d’analyse de liens.

A l’inverse, l’outil d’analyse de la difficulté de SEMrush propose quelques crédits gratuits.

Je lui ai donc suggéré les mêmes mots clés qu’à Adwords :

Difficulté mot clé SEMrush

 

 

QUIMPER plus difficile que PARIS !??

On voit d’après les données proposées (volume + nombre de résultats) que l’outil analyse dans une optique SEO. Je suis honnêtement très dubitatif.

Essayons de le vérifier avec une autre méthode !

 

III – Activer la barre SEOquake dans son navigateur.

Coup de chance, SEOquake vient de lancer son outil pour évaluer la concurrence sur un mot clé :

Score difficulté SEOquake

 

Résultats :

  1. plombier PARIS : 55,6%.
  2. plombier RENNES : 43,59%.
  3. plombier QUIMPER : 47,91%.

Ce qui est notable : PARIS plus dur que QUIMPER, normal.

SEOquake estime quand même que QUIMPER est plus dur à prendre que RENNES.

 

IV – Pour finir : le nouveau Keyword Explorer d’Ahrefs.

La question est décidément très tendance puisque le 26 mai dernier, Ahrefs a apporté des précisions sur son outil d’estimation de la difficulté à se classer sur une requête.

On sait que la SEO = contenu + liens.

Mais le “contenu” recoupe une multitude de critères : texte, longueur, fraîcheur, technique (balises Hn…), vitesse, HTTPS… et il est délicat de donner une valeur précise à chaque élément.

A contrario, les liens sont définitivement le critère #1 en SEO et ils restent plus simples à comptabiliser.

Ahrefs a donc pris la décision de bâtir son outil en tenant compte seulement des liens.

Je comprends la logique : mine de rien, sur une requête concurrentielle, tout le monde possède de plus en plus une page à peu près optimisée au niveau du contenu. Dans la majorité des cas, ce sont effectivement les liens qui vont faire la différence.

Ahrefs retient donc la quantité (nombre de domaines référents) et la qualité des liens (autorité des sites).

Je me sens plutôt en phase avec les résultats :

Difficulté mot clé Ahrefs

 

Notez que ces résultats sont aussi proches dans l’esprit de ceux proposés par Google Adwords.

Ahrefs fournit un barème correspondant au score annoncé. Ainsi, pour “plombier PARIS”, il me faudrait dépasser un score de 38 donc obtenir des liens depuis 56 domaines :

Barème difficulté Ahrefs

 

Au final, 2 critères semblent sérieux pour estimer la concurrence sur un mot clé :

  1. Le CPC.
  2. Les liens.

 

Mais il ne faut pas perdre de vue l’essentiel : l’intention de l’utilisateur lorsqu’il tape le mot clé.

La demande de l’internaute est-elle plus ou moins qualifiée ? Peut-elle déboucher rapidement sur achat ?

  1. “plombier PARIS” : oui donc CPC élevé.
  2. “plombier pas cher” : moins précis et intention de prendre le temps de comparer les prix. Le CPC est donc moins élevé que pour la première requête !

 

Vous avez un doute sur le sens ou l’intérêt d’un mot clé pour votre activité ? Tapez le dans Google ! Vous verrez si les premiers résultats qui ressortent, en référencement payant ou naturel, correspondent à vos produits et services.

 

Et si vous avez une question SEO / référencement / Web Marketing, vous pouvez me l’adresser par mail : contact@internetbusiness.fr ; réponse sous peu dans le blog !

The following two tabs change content below.
Passionné par le Référencement et le Web Marketing, je conseille depuis 2012 des TPE et PME (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Royaume-Uni...) sur leur stratégie Internet.

Commentaires

commentaires

  1. Merci pour cet apport. Effectivement, d’autres approches peuvent être cohérentes… mais demandent pas mal de travail manuel.

    L’idée était de voir ici si un outil automatique pouvait faire correctement le job :).

    Avec un peu de recul, quelques mois après la publication de l’article, je trouve l’outil d’Ahrefs le plus pertinent à ce jour. On peut bousculer de gros domaines sur une requête précise si on y met l’intensité en liens ~~.

    • lesourd
    • 12 décembre 2016

    Merci pour ces infos. Traditionnellement, j’utilisais cette méthode pour choisir mes mots clés
    A) bon sens en évitant les requêtes trop génériques (ex: formation) pour convertir (requêtes informationnelle) et en regardant les serps : si bcp de résultats issus de la recherche universelle alors requêtes encore trop générique et/ou débouchant sur des hypothétiques positions reléguées de toute façon trop bas, trop sous la ligne de flottaison donc mots clés retirés de la strat de mots clés (sauf si le client l’exige bien sûr) B) Vue des concurrents : si mastodontes (amazon et consort) dans les 3 premières positions alors.. oui concurrence féroce C) Parfois je faisais aussi quelques recherches google avancées pour voir le nombre de VRAIS compétiteurs seo (auront donc au minima optimiser les basiques : avec une formule du type : mot cle inurl:motcle +intitle:motcle etc en ayant débarrassé mes résultats de recherche de mots a exclure avec le signe – Enfin je relevai le nombre de résultats retourné par Google pour apprécier la concurrence effective et arbitrait avec le volume de recherche mais exprimé de façon [exact] : je faisais un ratio : bénéfice/difficulté

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 

Internet Business, ambassadeur de la marque Finistère

Agence web à la pointe (de la Bretagne), Internet Business a pour spécialité de rendre ses clients plus visibles, en optant pour le canal marketing le plus adéquat. Après étude, nous mettons en place des solutions personnalisées.

Exploitez-vous bien le potentiel de votre site ?

Après un premier entretien confidentiel et gratuit, nous serons en mesure de répondre à vos questions et de proposer des mesures ciblées.

Un tarif clair :
50€/h
Devis gratuit sous 24h