Comment faire un audit web rapide de la concurrence ?

Comment savoir si j’ai une chance de bien me classer sur une requête ? Est-ce que ça vaut le coup de démarrer un E-commerce sur ce marché ? Quel est le niveau de la concurrence ?

En référencement, quel que soit le paramètre, la réponse est toujours simple : cela dépend de vos concurrents. Il ne faut pas forcément faire bien, il faut faire mieux.

D’où l’intérêt, que l’on soit un site nouveau site ou un site établi qui cherche à progresser, de mesurer constamment les progrès de la concurrence.

Nous allons l’étudier ensemble d’un point de vue SEO, d’après les principaux facteurs de classement dans Google.

1er critère : les liens.

Nous allons nous intéresser en particulier au nombre de domaines référents qui pointent vers un site.

Quelques outils pour ce faire :

  1. Ahrefs : payant, période d’essai.
  2. Majestic : quelques crédits gratuits chaque jour pour une recherche ; peut suffire pour un aperçu rapide.
  3. Open Site Explorer : l’outil du site MOZ.com, formidable pour les sites anglo-saxons mais assez triste pour les sites francophones. En effet, il trouve moins de domaines référents que les autres.

Prenons l’exemple “internetbusiness.fr” (au hasard).

Cela donne sur Majestic :

Exemple Domaines Référents Majestic

Nous regardons donc le chiffre en rouge : 125.

Est-ce bien / mal ? Encore une fois, tout dépendra des concurrents dans la thématique. En l’espèce c’est moyen pour le référencement/web marketing :].

Et si 2 sites sont proches en nombre de domaines référents ?

Le “trust flow” (indice de confiance) fera sans doute la différence !

Un lien depuis le site du ministère de l’emploi par exemple fera plus de bien que 10 liens depuis des sites de TPE / artisans.

Continuons sur les domaines référents avec Ahrefs :

Domaines Référents selon Ahrefs

Et terminons avec OSE :

Domaines Référents selon OSE MOZ

Chaque outil est plus ou moins affûté :]. Quelle que soit leur précision relative, comme l’idée est de comparer des sites entre eux, même OSE sera utile si vous n’avez plus de crédits sur les 2 autres ~~.

Dans une phase où vous recherchez des liens à mettre en place pour dynamiser votre site, je vous conseille évidemment de recourir plutôt à Majestic ou Ahrefs, quitte à investir dans un mois d’abonnement payant.

Vu le poids toujours constant des liens, il serait dommage d’hésiter.

En parallèle, je vous invite à relire cet article sur la difficulté des mots clés ; l’outil Ahrefs prend comme seul critère les liens pour juger de la difficulté d’une requête. Et les résultats sont plutôt convaincants au final :

Difficulté mot clé Ahrefs

2ème critère : le contenu.

Combien de pages indexées ?

Quelle est la “taille” du site ?

La commande “site:” y répond sur Google ; exemple ici pour boutique-lenouy.com et ses 1 320 pages indexées :Pages Indexées dans Google

Généralement, Google se fixe un plafond pour les “grands” sites, autour de 1 500 000.

Quelle est la longueur du texte de la Homepage ?

La longueur moyenne des textes des autres pages ?

Quels mots sont les plus utilisés ?

L’extension de navigateur SEOQuake (Google Chrome) peut vous aider comparer rapidement quelques pages :

Densité Mots Clés SeoQuake

Ces textes sont-ils pertinents d’un point de vue sémantique ?

Les mots clés attendus par Google et l’internaute sont-ils employés ?

Quelques outils sémantiques pour s’en faire une idée :

1.fr

Seo-hero.tech

Seoquantum.com

Yourtext.guru

3ème critère : la technique.

Les sites sont-ils “responsive” ? Rapides ?

Deux outils essentiels :

Google PageSpeed

GTMetrix

Sont-ils optimisés techniquement ?

Voir l’audit de page SEOQuake en cliquant sur “DIAGNOSTIC” :

Audit page SEOquake

Pour analyser plusieurs pages,utilisez un crawler type ScreamingFrog :

erreur-404-screaming-frog

Outil tout en un mais limité en version gratuite : Dareboost ou WooRank.

Ahrefs, MOZ et SEMrush proposent également un web crawler en version payante.

4ème critère : les performances globales.

SEMrush et Ahrefs donnent une estimation du trafic d’un site à partir des classements de ses mots clés dans Google.

Le résultat final est souvent très minoré mais la tendance relativement juste.

Vous ne connaîtrez donc pas le trafic exact d’un site mais vous saurez lequel se débrouille le mieux.

Trafic SEMrush Realtor

Dans le même esprit, le classement Alexa tente de déterminer un classement national et mondial des sites selon leur audience :

Classement Alexa

Similarweb reprend en partie les données Alexa pour faire son propre benchmarking.

5ème critère : les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux participent en moyenne pour 10% au chiffre d’affaire d’un E-commerce. Ils n’impactent pas directement le référencement naturel.

Par contre, attirer des visiteurs qui passent du temps sur la page voir font le tour du site, peut avoir un impact certain.

Il faut garder à l’esprit une logique ROIste pour les aborder (combien rapporte chaque euro dépensé ?) et ne pas hésiter à recourir aux options payantes pour élargir votre audience.

Le nombre de “followers” a peu d’importance au final : ce qui compte c’est l’engagement, les partages et réponses des fans !

Exemple sur Facebook, extrait d’un article de 2014:

Utilisateurs engagés Facebook

MAJ 2020 : à la rédaction de l’article en 2017, j’utilisais Klour mesurer le poids d’un compte sur Twitter et autres réseaux sociaux. L’outil n’est plus, je vous propose cet article en anglais si vous souhaitez savoir pourquoi.

Total Klout Score

Enfin, quelques crédits gratuits chaque jour sur Buzzsumo, qui permet de voir quels articles sont les plus populaires pour un site ou un mot clé.

Benchmarking Buzzsumo

6ème critère : le référencement payant / les liens sponsorisés.

Pas facile d’estimer l’occupation des espaces publicitaires en ligne par vos concurrents. 2 pistes :

SEMrush, qui affiche une courbe de trafic payant (orange) à côté de la courbe du trafic naturel (bleu).

Courbe référencement payant SEMrush

Attention, car comme pour le référencement naturel, SEMrush donne une tendance mais ne peut être exhaustif.

Votre bon sens : que voyez-vous dans Google Shopping / Adwords / Bing Ads lorsque vous tapez vos mots clés phares en navigation privée ?

Prendre quelques notes sur les différents concurrents d’après ces éléments permettra de débroussailler un marché et d’estimer ses chances d’y faire sa place, selon la sophistication des résultats.

Une fois la température prise, il ne reste plus qu’à mettre en place un plan d’action réaliste :].

J'ai engrangé mes premiers revenus sur le web en 2012 en développant et en monétisant le trafic de mes sites (AdSense...).


Depuis 2013 et mes premières prestations professionnelles, j'ai eu l'opportunité de participer à la progression de plus de 450 sites de plus de +20 pays.

A lire aussi sur le blog

Voir tous les articles
No Comments

Un commentaire ?