Audit SEO : 3 pistes (solides) pour augmenter votre trafic et vos ventes

  • 24 février 2020
  • SEO

Sur une majorité de sites, la corrélation est assez parfaite entre hausse du trafic et hausse du chiffre d’affaires. Et le référencement naturel (SEO) est le canal qui génère le plus de revenus pour un site Internet (#NoRaJ les social managers ;)).

Revenus canaux digitaux Ecommerce selon Agence Wolfgang
Tableau tiré d’une étude de Wolfgang Digital, mise à jour annuellement

Vous souhaitez bénéficier des effets positifs du SEO sur votre site ? Il faudra commencer par une première étape : l’audit SEO, qui mesure le chemin à parcourir pour distancer vos concurrents.

Ma pratique personnelle de l’audit évolue tranquillement selon les cas que je pratique et les conseils pertinents que je peux lire. Comment beaucoup de référenceurs (#SeoCamp), j’ai commencé par le blog MOZ et le fameux “How to Perform the World’s Greatest SEO Audit” en 2012 (https://moz.com/blog/how-to-perform-the-worlds-greatest-seo-audit).

Récemment, j’ai apprécié l’article de Brian Dean sur le sujet : “The 19-Step SEO Audit Checklist for 2019” (https://backlinko.com/seo-site-audit). Ce n’est pas le “meilleur audit du monde” mais il est assez simple à mettre en oeuvre pour des débutants, ce qui fait que je le recommande souvent dans mes cours. Voici donc 3 étapes à suivre pour situer le potentiel de son site et progresser dans les classements de Google.

 

1/ Que doivent taper les internautes pour vous trouver ?

Pour être trouvé par les internautes, vous devez réfléchir à ce qu’ils tapent dans Google, reprendre leurs expressions, leur vocabulaire. Ces mots clés doivent faire partie des titres de vos pages (“title”), de vos paragraphes (H1, H2, H3…) et votre meta-description (partie de texte visible dans Google).

Vous devez structurer vos articles ou vos fiches produits comme une rédaction, un exposé, tout en gardant à l’esprit l’objectif final : vendre votre produit ou service. Généralement, un contenu long est plus convaincant, plus partagé et mieux référencé dans Google.

Il est compliqué lorsqu’on démarre de faire tout bien, de penser à tout optimiser. Et lorsqu’on s’aguerrit et que le site compte un nombre conséquent de pages, impossible de tout vérifier manuellement. C’est là que les bons outils prennent le relais, font gagner du temps et entretiennent la croissance.

J’ai cité Smartkeyword.io pour les liens ; c’est aussi un très bon outil d’audit SEO pour son contenu. Voici par exemple les éléments sémantiques qui sont pris en charge :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Audit-SEO-éléments-sémantiques.jpg.

Il propose aussi une section “technique”, qui permet de tracer rapidement par exemple ses liens internes brisés, les fameuses pages 404. D’autres outils permettent un audit SEO performant comme ScreamingFrog mais leur présentation est plus austère et l’assistance limitée. Tout le monde n’a pas vocation à apprendre le référencement seul et l’assistance peut être un point déterminant pour votre succès :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Assistance-smartkeyword.jpg.
 

2/ Combien de pages indexées dans Google possédez-vous ?

Un site Internet c’est comme un magasin : plus il a de rayons, de produits et plus il a de chances de réaliser un chiffre d’affaires importants. Combien de pages indexées dans Google propose votre site ? Et ceux de vos concurrents ?

Vous pouvez en avoir une idée en tapant site:nomdusite.fr dans Google. Le site ci-dessous par exemple possède 116 pages indexées :

pages indexées dans Google one page

Pour un site d’artisan, c’est à priori très bien. Mais il faudra le vérifier en le comparant aux autres concurrents. Pour un site e-commerce, ce sera généralement insuffisant pour tenir la route.

Il faut comprendre que si le maillage entre vos pages est bon, chaque page pousse sur les autres et lui donne un petit effet dans Google. C’est pourquoi les sites de plusieurs milliers ou millions de pages sont davantage mis en avant dans les classements des moteurs de recherche.

 

3/ Combien d’autres sites Internet parlent de vous ?

Les notions d’autorité ou de popularité d’un site renvoient au “netlinking”, c’est-à-dire les liens que font d’autres sites vers le vôtre. Plus les sites Internet parlent de vous au moyen d’un lien hypertexte à cliquer pour se rendre sur l’une de vos pages, plus Google va considérer que votre site est une référence dans son domaine et mérite d’être bien classé.

Pour mesurer le nombre de sites qui vous mentionnent, on parle de “domaines référents“. Généralement, en regardent le nombre de pages d’un site et son nombre de domaines référents, il est possible d’établir une hiérarchie assez fiable entre les sites pour leur trafic et leur chiffre d’affaires.

Voici par exemple le nombre de domaines référents (“refering domains”) pour un site d’après Majestic, un des outils qui permet de le mesurer :

Exemple Domaines Référents Majestic

D’autres outils permettent d’avoir un outil de la puissance d’un site via les liens reçus : Ahrefs, MOZ… et même des français comme SEObserver ou Smartkeyword.io.

Je ne connais pas aujourd’hui un seul professionnel, une seule entreprise sérieuse qui n’utilise pas régulièrement un ou plusieurs outils de référencement. A chacun de cibler selon ses besoins, son goût pour l’outil et sa praticité : le meilleur outil, c’est celui dont on se sert !

Question budget, les outils les plus complets démarrent à 100€/mois ; il faut rester dans le raisonnable par rapport au chiffre d’affaires de son entreprise… ou éventuellement ne prendre l’abonnement que ponctuellement et corriger rapidement ses erreurs :].

J'ai engrangé mes premiers revenus sur le web en 2012 en développant et en monétisant le trafic de mes sites (AdSense...).


Depuis 2013 et mes premières prestations professionnelles, j'ai eu l'opportunité de participer à la progression de plus de 450 sites de plus de +20 pays.

A lire aussi sur le blog

Voir tous les articles
No Comments

Un commentaire ?